LES FILLES DE SIMONE

Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivères

1 septembre 2020 - 30 juin 2021

Cette saison, nous l’avons en partie pensée et rêvée avec la complicité du collectif Les Filles de Simone, notre équipe associée. Travaillées par des préoccupations féministes, sensibles à toutes les questions d’égalité femmes-hommes, elles mènent un théâtre à la fois intime et collectif, personnel et universel.

Au-delà des temps de création dont elles disposent toute l’année, elles participent également au projet culturel du lieu et définissent avec nous les grandes orientations de la saison. La résidence associée est aussi l’occasion d’approfondir les liens avec les partenaires du territoire (rencontres, ateliers participatifs, spectacles).


Elles sont trois – Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau et Chloé Olivères – à avoir fondé en 2014 le collectif Les Filles de Simone autour de leur premier spectacle C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde, créé à Paris, à La Loge en février 2015.

Travaillées par des préoccupations féministes, sensibles à toutes les questions d’égalité hommes/femmes, Les filles de Simone font dialoguer sur le plateau notre vécu intime et la dimension politique de ces réflexions sociétales. Elles ont imaginé leur nom de collectif dans l’envie d’une filiation avec l’histoire des femmes et des questions féministes, intégrant ce qu’implique tout héritage de pesanteur et de reconnaissance. Elles veulent réaliser leur utopie de création théâtrale, où la conception est collégiale et se fait par circulation des idées, allers retours plateau-écriture, temps actif et permanent de la recherche. S’est donc mis en place un processus collectif de création, avec Tiphaine comme garante de l’écriture du texte, Claire de la mise en scène, et Chloé de l’adéquation des deux. Chacune apportant au service de l’ensemble son savoir-faire et son expérience constituée au sein et hors des Filles de Simone.

En création au Grand Parquet

LES SECRETS D’UN GAINAGE EFFICACE
du mar 8 au sam 12 décembre

Elles sont cinq et écrivent un livre sur le corps des femmes, comme leurs aînées des 70’s. Elles débattent et se débattent avec les hontes et traumatismes liés à ce corps et disent tout haut ce que tout le monde vit tout bas. Elles explorent leur intimité autant que l’Histoire ou la presse et réinventent les raisons de la colère. Des injonctions esthétiques à la transmission mère-fille, des règles au clitoris, elles explosent à grands coups d’autodérision les clichés qui leur collent à la peau.

C’EST (UN PEU) COMPLIQUÉ D’ÊTRE L’ORIGINE DU MONDE
> ven 18 déc et sam 19 déc

Devenir mère, en voilà une affaire. Ni naturelle, ni évidente. Une crise identitaire même. Équipées de post-it et de ballons de baudruche, Les Filles de Simone explosent le mythe sacralisé du bonheur maternel. L’intime et le politique s’emmêlent. Névroses et ravissements. Injonctions contradictoires de la mère, du voisin, du patron, du médecin… Les Filles de Simone plongent avec un culot libérateur dans ce grand chaos.

OÙ (EN) SONT LES HOMMES ?
> du 
ven 21 au dim 23 mai

Alternant débats, projections de documentaires, rencontres et spectacles, Les filles de Simone vous concoctent un tour d’horizon, festif et réflexif, autour des masculinités. Parce qu’on ne naît pas homme non plus, on le devient…