Cie Eulalie

Sophie Lecarpentier

30 mars 2018 - 7 avril 2018

En créant en 1996 la compagnie Eulalie avec une bourse défi jeune, Sophie Lecarpentier s’est promise de ne jamais oublier que son désir de faire du théâtre venait du lycée, de la rencontre avec une professeure passionnée qui lui avait appris la curiosité.

La compagnie Eulalie, qui a fêté ses 21 ans cette année, affirme donc des priorités idéologiques et artistiques claires :
– La priorité donnée à une « troupe » de comédiens et comédiennes, aux personnalités variées, liées depuis des années maintenant, par la conviction essentielle que le théâtre doit s’adresser à tous, sans démagogie, et s’ancrer profondément dans le réel par ses propos et ses méthodes.
– La quête de filiation entre théâtre et cinéma, qui s’exprime dans la fluidité du jeu, dans le rythme et dans la direction d’acteurs à la recherche d’une musicalité de la langue et des âmes.
– L’intérêt pour un théâtre documentaire, en prise direct avec le réel. Cela passe souvent par une immersion dans l’univers singulier, ou parmi le groupe spécifique, sur lequel Sophie Lecarpentier décide de se pencher pour quelques mois… puis vient l’écriture.

En création au Grand Parquet

QU’Y A-T-IL À PRÉSENT ?
Le jeu constitue une activité première et intuitive chez l’enfant, une activité alors délaissée à l’âge adulte, quand les personnalités se figent. C’est au temps de la construction et de l’adolescence que doit se maintenir le désir de jouer, dans la liberté de différents possibles. Qu’y a-t-il à présent ? met en lumière cet instant transitoire de l’adolescence et se nourrit alors d’un travail d’enquête, de recherche et d’expérimentation mené avec des lycéens et des étudiants.

>> du 6 au 7 avril au Grand Parquet

QU’Y A-T-IL À PRÉSENT ?